Paul de Busson, témoin des métamorphoses de Metz

« Les photographies que nous aimons ont été faites quand le photographe a su s’effacer. S’il y avait un mode d’emploi, ce serait certainement celui-là. » C’est en ces termes qu’Edouard Boubat qualifiait l’art de la photographie, et que l’on pourrait définir le travail de reportage photographique de Paul de Busson (1922-1990). Pour le découvrir, la Médiathèque Verlaine (Pontiffroy) organise une exposition de près de 120 photographies, du 19 juin au 29 septembre 2015. Cette présentation est interactive puisque le petit livret rédigé pour accompagner la visite sert aussi de bulletin de vote : chacun est amené à sélectionner ses photographies préférées ; les clichés ayant obtenu le plus de voix seront édités sous forme d’un lot de cartes postales à la rentrée prochaine.

Paul de Busson, parcours d’une vie

1010_001 - CopiePaul de Busson est né à Metz, en 1922. Après des études à l’école élémentaire de Montigny-lès-Metz puis au Lycée technique Louis Vincent, il est placé par son père, qui s’exile dans le sud de la France à l’annonce de la Seconde guerre mondiale, sous la tutelle de Victor Demange, qui l’embauche au Républicain lorrain – Metzer freies Journal. Cependant, peu après l’occupation, le journal se saborde. Paul de Busson est alors pris en formation par Georges Bour, photographe installé à Metz et pigiste pour le Républicain lorrain. Son premier grand reportage réalisé de manière autonome sera la libération de Metz, en 1944.

Au lendemain de la guerre, Victor Demange, qui relance le Républicain lorrain, fait appel à lui pour créer le service photographique du journal. A compter de cet instant, il couvrira de nombreux faits divers et les grands événements de la cité messine et des alentours, et produira d’innombrables clichés l’œil rivé derrière son Leica. Et lorsqu’il fallait choisir une photographie parmi une multitude pour illustrer le journal, il balayait la question d’un revers de main en déclamant sa réplique devenue célèbre : « Encore des Fragonard qui passeront à la poubelle ! ».

Un témoignage exceptionnel 1 (5) - Copie

Ces « Fragonard », les Bibliothèques-Médiathèques de Metz ont eu la chance de les recevoir en dépôt de la fille du photographe, en juin 2011. Riche de près de 24.000 clichés, la collection se présente sous forme de bobines, films, plaques de verre… qu’il a fallu inventorier, reconditionner suivant les normes de conservation en vigueur, et numériser. Elle retrace à elle seule plus de 40 années de vie messine : événements marquants, faits divers, vie quotidienne en ville ou à la campagne… tout y est pour dresser un panorama de la période des Trente glorieuses. Metz, à cette époque, est en plein essor. De nouveaux quartiers apparaissent, les rues sont redessinées et de nouvelles places sont créées; au lendemain de la guerre, une vague de «modernité» transfigure la ville. Chargés de surprises, voire d’émotions, les témoignages photographiques de Paul de Busson  permettent de suivre les grands chantiers et les métamorphoses qui ont accompagné ces mutations structurantes, transformant la cité messine en capitale de région.

Les photographies présentées en salle Mutelet de la Médiathèque Verlaine seront également visibles dans la galerie Flick’r des BMM, accessible depuis leur site internet.

Les BMM remercient Christian Fauvel pour son concours précieux.

The following two tabs change content below.

Anne D.

Bibliothécaire - Bibliothèques-Médiathèques de Metz

Derniers articles parAnne D. (voir tous)

in: Actus, Voir · tagged:

Laisser votre commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*