Nancy-Metz chocolaté

Pourquoi mange-t-on du chocolat à Pâques ?
Au commencement, il y eut l’œuf. Symbole de renouveau et de renaissance, on l’offre depuis l’Antiquité, notamment en Perse, pour fêter l’arrivée du printemps. En Europe, la coutume trouve son origine dans la fête de Pâques. Les fidèles s’offraient des œufs pour marquer la fin du carême, période pendant laquelle il était interdit d’en manger. C’est à partir du XVIIIème siècle que les commerçants alsaciens et allemands commencèrent à enrober les œufs de chocolat. Il faut attendre le XIXème siècle pour voir apparaître des sujets de Pâques entièrement en chocolat.

RES_GAS_8IN-12_1000_couverture

Comme Ernest Auricoste de Lazarque eut sans nul doute applaudi l’éloge de la gourmandise, nous avons recherché une recette originale pour les fêtes pascales, à base de chocolat dans son livre sur La Cuisine messine. Ce dernier regroupe un subtil mélange de recettes et d’anecdotes mais aussi de conseils à propos de l’art de la table. Publié en 1890, il constitue un formidable inventaire du patrimoine culinaire lorrain dans lequel on trouve la recette du Gâteau au Chocolat de Metz. Dans certaines versions enrichies, on y découvre la version nancéenne. La différence ? Pour l’un, du chocolat râpé et de la crème, pour l’autre, du chocolat fondu, du beurre et des amandes.

Gâteau au chocolat de Metz :web_IMG_3474
125g de chocolat râpé
125g de farine
150g de sucre en poudre
4 œufs
une tasse à café de crème douce

Battez le sucre avec les œufs, puis ajoutez, toujours en battant doucement le chocolat, la farine et la crème. Beurrez un moule et mettez au four (180°)

Gâteau au chocolat de Nancy :web_IMG_3476
4 œufs
¼ de chocolat (125g)
¼ de beurre (125g)
¼ de sucre (125g)
¼ d’amandes râpées (125g)
une cuillérée de farine (25g)
un peu de vanille

Mettez le beurre dans une casserole et tournez, à froid, avec une cuillère jusqu’à ce qu’il soit réduit en crème. Vous avez fait chauffer votre chocolat pour le rendre bien mou. Délayez-le avec le beurre ; ajoutez les jaunes d’œufs un à un, en tournant toujours ; puis le sucre en poudre ; puis les amandes et la farine en continuant de tourner. Battez les blancs en neige et mélangez-les à votre préparation. Beurrez le moule et saupoudrez de farine ; versez-y l’appareil et faites cuire au four (170°)
Le gâteau est assez cuit quand, en y enfonçant un petit éclat de bois, le bois n’est plus teint par le chocolat.

Ces deux desserts ont une texture et un goût différents. Chacun des deux aura ses adeptes mais le mieux pour comparer, c’est d’y goûter !

web_IMG_3470

The following two tabs change content below.
Bibliothécaire - Bibliothèques-Médiathèques de Metz

Derniers articles parMiss Média (voir tous)

in: Cuisiner, Figures de Metz © · tagged:

Laisser votre commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*